Les enfants ont aussi droit à une "nursery Rhyme" à l'approche de Noël .

André Malraux.   

   Je viens d'écouter trois heures d'émissions sur André Malraux, je suis encore sous le choc. Comment cet homme homme a-t-il pu séduire Gide, Mauriac, De Gaulle, Mao Zedong  et bien d'autres grands hommes ? Malraux  est bien plus qu'un romancier, il est critique d'art, meneur d'hommes sur les théâtres militaires, Ministre de la culture. C'est aussi un fabulateur merveilleux. Il sait manier le vrai et le faux avec dextérité. D'aucuns n'aiment pas, moi j'aime.  Quand il parle d'art, je ne comprends rien, mais j'aime quand même. C'est peut-être dans ce domaine que je le préfère. J'aime ses envolées lyriques, ses grandes explications proustiennes. Ses explications reposent sur une intuition. Les grands hommes politiques sont aussi comme ça : il sentent venir l'histoire avant les autres.

   Le Malraux que j'ai adoré est quand même celui du discours sur le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon (des Grands Hommes) à Paris le 19 décembre 1964 quand il a enflammé la tribune d'honneur (où était De Gaulle) avec son lyrisme puissant, avec des mots comme : Entre ici Jean Moulin avec ton terrible cortège..." Je ne peux m'empêcher de le comparer à Churchill qui prononça son célèbre discours au début de la guerre : "Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang et des larmes..." Deux grands hommes qui, en dehors de leur éloquence,  avaient un point commun : ils aimaient le whisky.

@@@

Décès de Fidel Castro à 90 ans.

   J'admets : j'attendais sa mort depuis quelques temps déjà, pas pour sa personne, car on ne devrait jamais souhaiter la mort de quelqu'un, mais avec sa mort, j'attendais la fin du régime  cubain.  Il y aura quelques barouds  d'honneur, puis viendront les actes de réconciliation avec les USA et les autres pays capitalistes.

   Fidel Castro était allé trop loin avec sa révolution. Depuis plus de 50 ans, Cuba s'enferme dans son île à l'abri des Etats-Unis et des pays capitalistes. Même après la chute de l'URSS, ils ont continué à s'arc-bouter sur leurs terres, empêtrés dans leur idéologie marxiste. C'est bien triste pour le peuple cubain terrorisé par la police politique qui surveille les délits d'opinion. Oui, je sais les Américains, aussi, n'ont pas facilité les choses en maintenant l' embargo économique de l'île. Les deux pays se sont fait la gueule pendant plus de 50 ans. Seule cette expression vulgaire me paraît appropriée à ce cumul de  bêtise des Etats et leurs idéologies. Après toutes ces années, les Chefs d'Etat de Cuba et des Etats-Unis, ont enfin décidé d'arrêter de se faire la grimace et ont commencé à se parler. J'espère qu'avec le décès de Fidel Castro,  leader historique,  la page sera définitivement tournée.

    Le pays est déchiré depuis plus de 50 ans. C'est bien trop. Ce matin, j'ai vu à la télévision des Cubains de Miami danser sur les toits de voitures. Une insolence inutile. Il est temps d'envisager une  réconciliation. Le Président Obama et le frère de Fidel Castro,  Président Raoul Castro, ont fait les premiers pas, il faudrait que  ce premier échange soit suivi d'effets pour oublier le passé douloureux de la guerre et des querelles. Je sais que pour certains, qui ont beaucoup souffert, cela ne sera pas facile. En France, nous avons eu besoin de deux guerres pour comprendre que les Allemands et les Français pouvaient vivre ensemble (je salue au passage mes amis allemands de Bayreuth !). les humains ont besoin d'unité et de fraternité pour sauver la planète pour sauver notre peau.

Un peu de lyrisme ne mange pas de pain.*

(qui ne coûte rien )

@@

Alinos par Alinos (2016) esquisse....!!!

Alinos par Alinos (2016) esquisse....!!!

La démocratie à l'ouvrage.

   Cela fait maintenant au moins six mois que les politiciens préparent l'élection présidentielle du 23 avril et 7 mai 2017. C'est très bien que les candidats puissent présenter leur programme de gouvernement. L'électeur doit voter en connaissance de cause. Rien à dire...mais quand même, un an de campagne électorale, je trouve que cela fait un peu beaucoup. Il est impossible de suivre les débats sur une aussi longue période. En plus nous avons écopé de la campagne américaine qui a inondé les médias françaises. La politique prend les allures d'un feuilleton télévisé c'est Dallas, avec ses multiples reprises qui n'en finissent pas. La banalisation de la vie politique ne va pas dans le bon sens, le peuple (les citoyens si vous voulez) s'en détourne.  Elle conduit, à mon avis, au populisme de masse. Les candidats les plus fort en verbe remportent le pactol,  comme cela a été le cas aux Etats Unis avec l'élection de Donald Trump. Il est temps de s'alarmer pour mettre la pédale douce sur les campagnes électorales interminables et lassantes.

Retour à l'accueil