DSCN0219

Michael Jordan's shoes

Les chaussures de Michael Jordan qui font courir vite et sauter haut.

Une queue de 100 mètres était formée avant l'ouverture du magasin Footlocker, 58W, 14th Str.

Acheter une paire de chaussure du grand champion à 160$, une grande chose à faire....

 

 

&&&&&&&

 

 

Le temps a passé comme passe la vie. Nous voici arrivé à dimanche. Ce matin levé à 6h45, je me suis couché assez tôt. J'ai pourtant essayé de bouger autour de Times Square, les gens excités m'ont donné le tournis. Les rues de l'après-midi croulaient sous le monde. J'ai pris le bus 5 jusqu'à l'angle de Broadway et Canal Str. Je suis allé acheté ma portion de riz au porc. Cette fois-ci, je voulais prendre du canard pour changer. Il n'y en avait plus. Dans la queue pour me faire servir, j'ai surpris une conversation entre deux américains (non asiatiques), l'un d'eux se disait très satisfait du traiteur. Devant la qualité du service, l'autre américain a laissé un dollar de pourboire (pour trois portions), dans la foulée, j'ai aussi laissé 50 cents. On peut se demander pourquoi, cet homme fait de si grosses journées pour si peu.

   Je n'ai pas vu de spectacle. Je n'étais vraiment pas emballé par aucun. Et puis, j'ai rencontré un Black man de 63 ans, barbu, avec une poussette. Il m'avait indiqué mon chemin, je l'ai revu à l'arrêt du bus. Là, il m'a dit qu'il allait passer le week-end de trois jours à la Gare Centrale (c'est un long week-end aux Etats-Unis, avec la journée du Président) parce que les nuits de week-end, les gens sont plus généreux. Personnage sympathique. Je me suis laissé attendrir. Je lui ai offert ma soirée spectacle. C'est peut-être le meilleur choix que j'aurais pu faire. Chez moi, sur mon grand écran plat LG, dernière génération, j'ai à ma disposition plus de spectacles que je ne peux en consommer. Les lumières de la rue me comblent à satiété.

Voilà déjà une heure trente que je suis au Starbuck's café de Times Square. Debout devant mon ordinateur, ici il n'y a pas ou peu de table. Le prix du mètre carré doit être bien assaisonné. Je ne me plains pas. Pour 2$ j'ai accès au signal internet, à une prise de courant,un bon café et de la musique à mon goût.

   Le roi : " Que demande le peuple ?

   "des sous, des sous ! Monseigneur !"

Sur cette idiotie qui me fait toujours marrer, je termine ici mes pages de "New York 2012". Je suis un peu fatigué mais heureux. Une fois encore, j'ai exploré des espaces pleins de petites choses qui m'ont ravi. Avec le temps, je suis de plus en plus respectueux des gens qui font avec sérieux leur petit boulot. Comme ceux qui se lèvent tôt pour nettoyer le sale de la veille. Des gens invisibles. Des gens qui parlent mal anglais et qui sacrifient leur vie pour leurs enfants, pour que l'Amérique continue à brandir avec fierté la bannière étoilée. 

 

 

la banière étoilée 


 

 

DSCN0223

 

      This is the End !

Jusqu'à la prochaine fois....

 

 


 

Retour à l'accueil