Dimanche dernier, Raphaël Enthoven (voir France Culture) a parlé d'un petit livre de Nietzsche "le voyageur et son ombre". J'ai découvert que Nietzsche était un errant, toujours domicilié ailleurs où on pensait le trouver...J'ai beaucoup appris sur les bienfaits de l'errance. A partir d'aujourd'hui, je ne suis plus un instable, mais un errant, comme Nietzsche, s'il vous plaît...!.J'espère que vous aimez Georges Brassens.

Retour à l'accueil