Les recalés de l'Ecole voudraient bien travailler

Freud a fait tomber le tabou sexuel. Qui fera tomber le tabou du travail des jeunes ? Certainement pas moi, cela se fera, j'en suis sûr.

    Pour le travail des jeunes, on en est resté au XIX ème et début du XX ième quand les enfants étaient exploités, qu'on les tuait carrément au travail avec des conditions de travail pas possibles. Aujourd'hui on est complètement dans la situation inverse. On protège les enfants des méfaits du travail. Mais quels méfaits ? Les 150 000 jeunes qui quittent l'école chaque année sans diplôme, ni qualification. Qu'est-ce qu'on en fait ? Tout le monde sait qu'on en fait rien. Ils restent chez eux à dormir, à écouter de la musique, à jouer sur leur ordinateur ou à se shooter, ou encore à faire du trafic avec les copains dans les cages d'escaliers d'immeubles HLM délabrés. Parce que, comme tout le monde le sait, ces 150 000 jeunes vivent, pour beaucoup, dans des quartiers dits "sensibles".

   C'est jeunes pourraient/voudraient bien travailler si on leur donnait la possibilité de le faire. C'est là qu'intervient le tabou social du "non-travail obligatoire" pour un jeune de moins de 16 ans et de plus de 16 ans. Les petits boulots n'ont pas la côte, pour la gauche politique, les syndicats et les enseignants. Seuls les jeunes et les parents de jeunes au chômage sont pour. On les comprend.

Pourtant les jeunes savent faire pleins de choses, même si ils sont nul en mathématiques ou français. Avec notre système scolaire, notre cociété doit absorber 150 000 jeunes pas an. Avec l'effet d'accumulation, cela fait beaucoup de monde. Les sevices d'aide à l'insertion des jeunes : PAIO et Mission Locale sont dans l'impossibilité de gérer tout ce monde et ils leur propose de retourner en formation, non rémunérée, ou en stage en entreprise, non rémunéré, dans le meilleur des cas.

   Comment ces jeunes peuvent-ils vivre sans ressources jusqu'à l'âge de 25 ans (et demander le RSA). Certains jeunes errent ainsi pendant une dizaine d'années avant de commencer à travailler. C'est complètement inadmissible. Ceux qui nous gouvernent sont complètement à côté de la plaque.

   Sans emploi, sans ressource, ils ne peuvent rien faire. Pas la possibilité de prendre une chambre dans un Foyer de Jeunes Travailleurs pour avoir un coin à soi.  Pas possible d'obtenir une émancipation à 16 ans, comme la loi l'autorise (je sais de quoi je parle, ayant moi-même été émancipé à 16 ans). 

   Pourtant les jeunes peuvent travailler et obtenir ainsi une reconnaissance de la société et un salaire. Ils manipulent très bien les outils numériques, mieux que nous, les vieux. Beaucoup ne demandent qu'à travailler, même quelques heures par jour. 

   J'arrête là. Ces quelques lignes me mettent en rage. Le tabou doit tomber. Il y a quelques mois une jeune néerlandaise de 16 ans a bouclé le tour du monde seule à la voile. Alors ? Nuls les jeunes ?

   Nous sommes dans une société schizophrène. J'ai maintenant trop mal au ventre. J'arrête.

   Un grand bonjour à mes amis les bêtes.

................

Le Mali

Jeudi 12 Avril 2012.

 Les nouvelles ne sont pas bonnes. La semaine dernière, je parlais de bordel quand j'évoquais le Mali. Aujourd'hui, les images des "soldats de l'Islam" les AQMI et leurs alliés Touaregs installent progressivement leur autorité dans le nord du pays où vivent des éleveurs nomades. Ils ne sont pas tous Touaregs, il y a des Peuls, des Maures, etc...

La situation politique est complexe. Cette région de monde, pratiquement désertique, intéresse. Les habitants, suite à la désertification, y vivent encore de l'élevage mais aussi de divers trafics. On se souvient de ce Boeing avec à son bord des tonnes de cocaïne, planté dans le désert, carbonisé volontairement, suite à une impossibilité de redécoller. les occidentaux s'intéressent à cette région où ils espèrent y extraire du pétrole et des matières premières. Vont-ils faire quelque chose pour redonner la souveraineté au Mali ? Cela me paraît évident.

    Les populations civiles du Nord  ne semblent pas résister. D'ailleurs le peuvent-elles ? Elles ont en face d'elles des hommes lourdement armés par la Libye (pour les Touareg), du temps de Khadafi. L'AQMI est également bien armé (avec l'argent des enlèvements).

Que va-t-il se passer ? La Junte militaire s'est effondrée comme un décor d'opérette. Le Mali et les pays du Sahel vont-il créer une force pour bloquer ces islamistes extrêmistes? C'est craignos ! Ce conflit inquiète évidemment les pays voisins : la Mauritanie, l'Algérie, La Libye, le Niger, et d'autres peut-être. 

On n'est pas près de sortir d'affaires avec ces extrêmistes musulmans. Il y a la Somalie, le Yemen, l'Afghanistan, l'Iran, la Syrie. Les pays du Printemps arabe entre dans la danse...Là, on ne sait pas encore très bien quelle tournure vont prendre les évènements.  Il y a de quoi s'inquiéter. Je ne sais pas où l'on va...mais on y va.

 ................


Sans transition, je passe de la guerre en Afrique à "l'émerveillement" tel qu'il est décrit par un professeur britannique au Collège de France, ce qui n'est pas commun :


"De l'émerveillement"

Je crois bien que je vais acheter son livre : il s'agit d'un des livres de Michael Edwards, "De l'émerveillement".

   Sur France Culture, je me suis régalé. Une heure sur l'émerveillement. A 10h le 26 avril, dans l'émission "les nouveaux chemins de la connaissance". Avec Michael Edwards, je peux enfin faire la différence entre étonnement et émerveillement et admiration (mot du 17ièm siècle utilisé par Pascal...).

   Depuis le 26 avril, je sais que je peux m'émerveiller sans passer pour un sot. S'émerveiller est un excellent remède contre le vieillissement, le pourrissement des organes. L'émerveillement, c'est le plaisir et l'intérêt  de la découverte. L'émerveillement, c'est autre chose que le merveilleux, mais cela en est pas loin, comme les mythes. Avec l'émerveillement on sort de soi. L'extérieur vaut mieux que nous. Darwin s'est toujours émerveillé...

Avec ces infos vous pouvez découvrir l'émerveillement sur France Culture si cela vous  dit.

&&&&&&&&&&&&


Retour à l'accueil