Je me suis bien diverti hier soir devant la télé. J'ai regardé L'émission de Daniel Picouly, Le Café Littéraire sur la France 2. C'était une émission spéciale à l'occasion de la sortie du livre de correspondances de Houellebecq et BHL : " Ennemis Publics". . Les deux personnages ont chacun leur look.  Ca vaut le coût d'oeil. Entre la tenue dégingandée et négligée de Houellebecq et son contraire chez BHL, on ne pouvait pas mieux faire. J'aimais bien les postures que prenait Houellebecq. Homme torturé intérieurement, la recherche du bon mot, de la bonne expression semblait douloureux.. Il me faisait penser à Patrick Modiano devant Bernard Pivot, il y a quelque temps déjà.
Nos deux compères, qui se vouvoient, ont parlé de leur correspondances. C'était assez dense. Je ne pourrai pas en dire grand chose ici. De quoi faire un enregistrement pour se le repasser en boucle. J'ai retenu que Houellebecq a été très troublé par la mort de Pascal. Comme j'ai pris l'émission en cours de route, j'ai pensé  un moment qu'il parlait de la mort de son propre père. Mais non, il s'agissait bien de Pascal. Je me souviens avoir lu ce que Pascal écrivait sur son agonie physique dans les pensées. Il a été très longtemps malade. Il s'est senti partir comme ce que peuvent ressentir les malades qui souffrent d'une maladie incurable. Malgré ces émotions vécues, encore très vivaces, il ne croit pas en Dieu. Il dit avoir essayé pendant 20 ans, mais sans résultat Ce qui a permis à BHL de dire que l'on est toujours perdant quand on ne croit pas en Dieux. Reprenant la pari de Pascal. 

Bernard Henry Levy, dans son genre, s'est montré aussi intéressant et convaincant. Il s'est expliqué sur ses engagements dans des domaines et des pays oubliés de l'actualité et des médias, (Angola, Bosnie, Rwanda...) Il aime aller là où les autres ne veulent pas. J'aime bien ça personnellement. Combien de prisonniers politiques ont été sauvés en s'intéressant à eux sur la scène politique internatinale. A la différence de son compère H.,  BHL se dit toujours prêt à casser la gueule au journaliste, critique indigne . Il a raconté comment il a frappé Jean Edern Allier chez Lipp quand ce dernier s'en est pris à son père défunt.
 Des journalistes étrangers ont témoigné du succès de ces deux écrivains en Europe. Je veux bien le croire. Les lecteurs étrangers ne s'encombrent pas du savoir-vivre, savoir-être français. En France, on reste très traditionnel sur les manières et le protocole. Des personnalités comme BHL et Houellebecq dérangent. Par contre, les Américains les acceptent bien.  En France, ils  deviennent vite des ennemis publics , le titre de leur livre.
Oui, je me suis bien amusé et j'ai appris quelque chose. Un divertissement productif comme je les aime. France 2 pourrait programmer cette émission un peu plus tôt dans la soirée, quitte à perdre de l'audience.


Retour à l'accueil