Vendredi 30 novembre, 5h20

  Je suis à côté de mes pompes : je me suis couché tard - ce qui n'est guère dans mes habitudes - et levé à 5h00 du mat. Je mets ça sur le compte de l'excitation avant le départ. Hier soir, je me suis penché sur les cartes de l'Ouest américain. J'ai lorgné sur le Texas. La ville la plus proche de la Californie, El Paso, m'a paru encore trop loin (1289 km) pour être accessible sans faire trop de route. Et puis, au retour, par Las Vegas, il faudrait passer par Flagstaff. Située à plus de 2000 mètres d'altitude, c'est une ville très froide l'hiver où il tombe beaucoup de neige. Je suis déjà passé par là deux fois. La ville est très froide. C'est un grand contraste avec Phoenix à quelques centaines de km de là. J'oublie El Paso.

   J'ai ouvert un moteur de recherches un hotel à Las Vegas (easytobook.com). J'ai trouvé un hotel pas trop cher en haut du strip (un peu éloigné du centre tout de même), Le "Stratosphere". J'ai retenu une chambre pour 5 nuits. Une fois le paiement effectué, j'ai reçu les détails de ma résevation.J'ai remarqué que je devais m'acquiter sur place, d'un supplément de 7,50 dollars par jour pour ce qu'ils appellent la "resort fee" ( l'utilisation de la piscine, du centre de fitness et du valet parking). Je ne me vois pas courir sur un tapis roulant à côté de jeunes gens. J'ai annulé.

  J'ai repris mes recherches sur le moteur de recherches. Je suis tombé sur une offre époustouflante, qui tenait du miracle ou de la farce :  73,35 euros pour 5 nuits. Un hotel en plein centre de Vegas! Pour faire court, ils s'agit de l'hotel "Imperial Palace" qui est en rénovation, il s'appelle maintenant le "Squad". Je savais bien qu'à ce prix là, il y avait un gros truc...Mais lequel ? Comme les mauvaises nouvelles arrivent  toujours en fin de parcours, une fois que l'on a payé,  j'étais sur mes gardes. J'ai reçu une information sur les travaux. rien de plus: "Construction is underway at the neighboring building and there may be noise disturbance from the construction work". C'est clair, j'emporte mes boules Quies et je garde ma réservation !

  Si vous êtes intéressé pour gagner quelques euros sans jouer à Las Vegas, vous connaissez maintenant l'adresse : "L'Imperial Palace ou le Squad".

 

 

**

 

Jeudi 29 Novembre

  Je suis gagné par une euphorie aussi soudaine qu'envahissante. On est jeudi, c'est le jour de ma page de blog. Elle doit être bouclée pour le samedi matin. Je n'ai pas oublié mes années de vendeur de journaux à la criée. Pour rester fidèle, le lecteur a besoin de régularité dans la parution de l'information. Cette feuille de choux n'a rien d'un journal, mais elle est mon (presque) unique lien avec le monde extérieur. Alors j'y tiens. 

Cette page sera la dernière de France. Je ne sais pas où je serai la semaine prochaine. Cette année, je suis invité chez mes amis de Los Angeles pour les fêtes de fin d'année. Je vais manger américain. J'exagère un peu car la maîtresse de maison est Française. Elle vit aux Etats Unis des lustres mais a conservé les réflexes culinaires qui font la différence entre un steak saignant et un steak "pâte à papier". Les Américains sont désespérants quand ils commencent à chasser les microbes dans leur assiette. Rien de meilleur qu'un calendos qui "marche tout seul" avec un bon coup de pinard. Mais il faut être Français pour savoir ça.

 

**

Le voyage

  Je pars donc dimanche 2 décembre. Un premier avion me transportera à Londres Heathrow, de là j'en prendrai un second de chez Virgin Atlantic (un boeing 747-400), un vieux boeing modernisé (le vol VS007), pour les spécialistes des suivis des vols en temps réel (j'en connais au moins un). Le site de Virgin m'a permis de choisir ma place. J'ai la 65D, tout au fond de l'avion, à côté de la cuisine, j'aime bien les odeurs de cuisine...

 

**

 

  J'ai trouvé cette vidéo intéressante parce qu'elle peut nous faire rêver. C'est une arrivée lumineuse à LAX. Un atterrissage romantique comme on voudrait en voir plus. Ici, à Los Angeles, dès l'aéroport, on est comme sonné. Rien n'est comme ailleurs.On est au cinéma. Les paysages sont exagérés, tout est grand : les routes, les voitures, les maisons, même les gens sont grands (et souvent gros). C'est ici qu'il faut venir pour rêver.

............

  Comme on peut voir sur la vidéo, les avions survolent des kilomètres et des kilomètres de zones habitées, marquées par de larges avenues qu'on distingue bien la nuit.

  L'opérateur a un peu exagéré sur la vitesse de la vidéo. L'avion n'arrive pas si vite sur la piste. De mémoire, je pense qu'un 747 doit être en début de piste autour des 260 km/h.

 

 

 *****

 

****

***

**

*

 

Retour à l'accueil