Dimanche 22 novembre 2020.

  Le ciel me paraît toujours aussi sombre. En réalité, c'est l'atmosphère humide de la région qui apporte cette tristesse aux journées. A la longue mon moral en prend un coup.  J'en ai parlé à  mon docteur, un monsieur qui a dépassé les quatre-vingts ans et qui travaille toujours.  Il m'a jeté un long sourire peiné. Comme si je lui demandais si j'allais mourir. Il m'a suggéré de partir en voyage dans un pays où il fait froid, où le soleil ne se montre jamais, en Finlande ou au Groenland. J'ai vu l'astuce. Pas pour moi. J'aurais pu lui dire que la vieillesse est un naufrage, vu son âge, je lui aurais fait de la peine. Non, je n'irai pas dans le Grand Nord. J'ai une autre idée, je vais revenir dans un pays où le soleil chauffe les visages, où les paysages sont lumineux. J'ai décidé de rentrer à Cannes. Une région prisée par de riches Anglais au  19 ieme siècle, à commencer par Lord Brougham qui,  le premier,  à donné à Cannes ses lettres de noblesse.

   Je n'aurais jamais dû quitter Cannes. Ce n'est jamais facile de faire le bon choix. Mon cancer a troublé mon jugement. J'ai paniqué. Le cancer y est pour quelque chose. Le cancer n'est pas une mauvaise grippe.

     Bref, je rentre à la maison. Dans deux jours je signe mon bail pour la location d'un appartement de 33 m² dans un foyer de vieux. Je ne suis pas encore à l'article de la mort, mais c'est mieux pour moi. Dans ce genre d'établissement, il y a toujours quelqu'un qui vous surveille du coin de l'œil. C'est connu, les vieux, à un moment ou à un autre, ils perdent  les pédales. Le naufrage dont parle De Gaulle dans ses mémoires. Sur mes vieux jours, si le bon dieu me fait grâce de m'accorder un peu de temps, je profiterai de la douceur du climat méditerranéen. Je croiserai sûrement sur la coisette des  veuves élégantes accompagnées de leur toutou. Je m'arrêterai à leur hauteur pour dire quelques mots gentils à l'animal de compagnie. Elles  adorent qu'on parle gentiment  à leur chien. 

   Samedi prochain, je serai à Cannes pour signer mon contrat de location.  Les semaines qui suivront seront perturbées par mon déménagement. Un rien perturbe les vieux... 

   Sur ce,  je vous souhaite une bonne fin de confinement.

Retour à l'accueil