Jeudi 12 Mars 2015

La République de Haïti

  Je viens de relire un article du Figaro du mardi 13 Janvier 2015. Il titre : "L'impossible reconstruction de haïti". Titre terrible. Titre assassin. Ce pays a été dévasté par un époouventable tremblement de terrre qui a fait plus de 200 00 victimes et laissé plus encore de gens sur le carreau, sans hébergement et sans ressources. 

  Ce titre a pourtant un sens. Avant d'écrire l'article, le rédacteur du Figaro a certainement relu l'histoire de ce pays qui, à l'origine, au XVIII ième siècle, a été un des fleurons de l'Amérique. Depuis il n'a cessé de pérécliter. Année après année. Ce pays est désespérant. Depuis son indépendance en 1802, il n'a connu qu'appauvrissement et ne survit aujourd'hui qu'avec les aides des ONG, de l'argent envoyé par les travailleurs haïtiens émigrés, les aides du Venezuela et les prêts de la Banque Mondiale et du FMI. 

  On a matière à se poser des questions. Comment est-ce possible ? Alors que la République Dominicaine, sa voisine toute proche, est propère. J'ai compté 72 gouvernants depuis son indépendance, sous Napoléon. A chaque fois (j'imagine) ce Chefs d'Etat ont été congédiés par le peuple et les suivants n'ont pas fait mieux, et parfois pire.Il y a de quoi se poser des questions. Ce pays n'a pourtant pas connu d'invasion (sauf peut-être la présence américaine pendant 20 ans, après la première guerre mondiale). 

  Il s'agit donc d'un pays incapable de se gouverner pour faire vivre ses habitants dans la dignité et avec le minimum de confort. En droit privé, en France, une personne incapable de gérer ses ressources est placée sous protection judiciaire, on appelle cela une mise sous tutelle. L'Europe a mis la Grèce sous tutelle et en contrepartie, avec le FMI, elle accorde des aides financières pour lui permettre de retrouver un jour son autonomie financière.

  N'y-a-t-il pas un moyen de faire quelque chose comme cela pour Haïti ?

  En ne faisant rien les haïtiens continuent à vivre au quotidien leur misère, sont victimes du choléra (qui revient), cherchent du bois sur les collines déjà dévastées pour faire cuire leur nourriture, ils fuient aussi autant qu'ils peuvent ce pays réduit à sa portion congrue. Plus de café, plus de cannes à sucre, en l'absence de végétation les sols sont lavés à chaque orage, sans sol, plus rien ne pousse....

  2015 sera encore une année de misère, comme l'a été 2014 et 2013. Il faudra que cela cesse un jour pour sauver ce petit pays riche pourtant en poètes et artistes dont beaucoup (heureusement pour eux) vivent à l'étranger comme Dany Laferrière réfugié au Canada.

    Comme toujours, je rêve d'un monde meilleur et trottine maintenant dans les pas de Martin Luther King, visionnaire, avec son "I have a dream".

    ......Et les Afro-américains, plus de 50 ans après, ne sont toujours pas sortis d'affaire.Comme quoi, après le rêve, il faut toujours passer à la vitesse supérieure.

*****

****

***

**

*

 

Retour à l'accueil